Photographier des artistes de rue

La photographie étant l’un de mes passe-temps préférés depuis plusieurs années, je ne me sépare jamais de mon appareil phot. Ainsi, toutes les fois que l’occasion se présente, je n’hésite pas à dégainer mon appareil. Et dernièrement je me suis pris d’une passion pour les artistes de rue.

Quand j’ai découvert les artistes de rue

Des artistes de rue, j’en croise régulièrement quand je me rends sur mon lieu de travail ou lorsque je fais du shopping avec mes copines. Mais généralement pressée, ou parce que mon attention est attirée ailleurs, pas une seule fois jusque-là, je ne me suis arrêtée pour les voir en œuvre, excepté lors de mon séjour d’une semaine dans la ville de Nice.

En effet, me rendant sur la très célèbre place Masséna à la recherche de sujets intéressants et originaux à photographier, je tombe sur deux mimes. À l’aide seulement de gestes, les deux artistes essaient de raconter l’histoire d’un couple qui se réconcilie après s’être disputé. Curieuse et surtout amusée, je ne peux m’empêcher de regarder leur spectacle jusqu’au bout.

Impressionnée par leur prestation ainsi que par leur talent incroyable, je fais sans plus attendre quelques clichés de ces artistes. Je décide alors d’immortaliser l’expression de leurs visages, puisqu’à la place des masques, les mimes étaient maquillés de fards blancs épais. Des portraits d’ailleurs particulièrement réussis qui m’ont donnée envie pour le reste de mes vacances à Nice de prendre en photos des artistes de rues (danseurs, échassiers ou musiciens). Pour mon plus grand bonheur, ces derniers ne manquent pas dans la ville, surtout en période estivale.

Deux mimes dans la rue

Quel appareil pour ce type de photographie ?

Très fière de mes réalisations, je n’hésite pas à les montrer à mes amis et à mes connaissances. Et la première question que l’on me pose souvent est le type d’appareil que j’utilise pour prendre des photos. Pour information, j’ai choisi un bridge haut de gamme. Cette gamme d’appareil photo disponible chez Pixmania, m’a été fortement recommandée pour la qualité des clichés pouvant être réalisés par ces équipements et cela malgré leur prix abordable.

En effet, avec un budget moyen de 250 à 300 euros, vous pouvez vous offrir un bridge d’entrée de gamme. De plus, comme je ne suis qu’une photographe amatrice, les performances d’un bridge numérique me conviennent à merveille. Pour cause, contrairement au reflex dont l’usage nécessite quelques connaissances en matière de photographie, cet équipement propose une prise de main très facile avec des résultats plus que satisfaisants. Sans oublier les possibilités de zoom offertes par l’appareil.

Seul bémol, différemment de mon vieux compact, mon bridge est un peu encombrant et n’entre pas dans mon sac à main. Je dois le mettre dans une housse si je veux l’emmener partout.

Mes photos de rue

Lorsque l’on décide de se spécialiser dans les portraits, le cliché le plus réussi selon moi est celui où l’on arrive à saisir spontanément l’émotion de la personne photographiée. Toutefois, photographier des individus dans la rue reste une tâche particulièrement difficile à accomplir. Et comme je suis une personne très timide, je n’ose pas demander aux passants inconnus de les prendre en photo.

C’est pour cela que j’ai privilégié les artistes de rue. Ces derniers se laissent volontairement photographier, multipliant ainsi les possibilités de prises de vue. Autrement, pour de jolis portraits de rue, la première chose dont je tiens compte est la lumière. Mes astuces ? J’exploite au maximum les rayons du soleil et j’adore particulièrement le très bel effet ombre et lumière obtenu avec mon appareil photo.

Sinon, quand je prends des photos je fais également très attention aux reflets très inesthétiques des gratte-ciels, panneaux publicitaires et autres. Il n’en manque pas dans les rues des villes urbaines.

Écrit par Delphine le dans Culture, artistes et spectacles

A l’occase, laissez un com :-)

Nom

Adresse de contact

Site web

Commentaire

Code de sécurité : xbky3bxgvc